Interview de LEON SMET - Armateur Bruxellois - BruxellesFabriques test
<
>
Digue du Canal 1000 Haren

Galerie audio

  • smet-01-1h52.mp3

Galerie image

Recommandé cette article

Accueil || TEMOIGNAGES || Interview de LEON SMET - Armateur Bruxellois

Dans le cadre du passé industriel de la capitale, le témoignage de Léon Smet retrace l’histoire d’une famille à l’esprit entrepreneurial qui, avec tous les membres de son personnel, a participé à la prospérité de l’économie.

JPEG - 72.7 ko

La société Smet, toujours active au port de Bruxelles, est une entreprise de manutention portuaire, de stockage, d’expédition, affrètement et de services douaniers. Elle a été constituée en 1927 mais c’est dès 1904 que Léon Smet formait les premières équipes de dockers, à la base de la plus ancienne société de manutention portuaire à Bruxelles.

Cinq générations se sont succédé à la tête de l’entreprise familiale. C’est le témoignage de l’arrière-petit-fils du fondateur, Léon Smet, que Bruxelles-Fabriques a recueilli le 29 décembre 2010 : Léon a été actif dans la société, au côté de son frère Pierre puis de son neveu René, jusqu’au début des années 2000.

JPEG - 80 ko

Installée initialement au quai de Willebroek, l’entreprise fut active au bassin Vergote puis s’installa à l’avant-port de Bruxelles. Elle ouvrit ultérieurement des bureaux à Charleroi et à Anvers. Elle se modernisa au fil du temps, passant des déchargements par le « mât de charge » ou par l’échelle aux grues (dont l’une a été rénovée et installée par le Port de Bruxelles sur la rive droite du bassin Béco) et au grand pont portique pour le transbordement trimodal. Elle s’était également équipée d’une flotte fluviale et d’un pousseur. Des produits très diversifiés étaient manutentionnés par la société : des barres d’acier, des grumes, des sacs de sucre, des rouleaux de papier ou du charbon (notamment pour approvisionner les cokeries du Marly), mais aussi, par exemple, des bagages pour les transatlantiques de la fameuse American Line ou les pièces du pavillon soviétique pour l’exposition de 1958.

JPEG - 84 ko

Léon Smet a fait son métier avec passion : « c’était chaque jour un métier différent, avec des marchandises différentes et des capitaines différents ». Il exprime également, dans son témoignage, le respect qui se manifestait par rapport aux ouvriers qui travaillaient chez Smet : le métier pouvait être dangereux, et chacun devait faire confiance aux autres membres de l’équipe.

JPEG - 110.5 ko

Geneviève ORIGER.

Cliquez ci-dessous pour accéder au fichier son de cet entretien :

MP3 - 205.5 Mo

Crédits photos : collection Léon SMET

X


X